• Fabrication du mobilier urbain Tôlerie fine ou de précision Communiqué

    LM Industrie. Une synergie industrielle pour une offre globale

    Publié le 01/04/22
Soumis par Anonyme (non vérifié) le ven 01/04/2022 - 11:18
Contenu
  • Depuis mars 2006, le groupe LM Industrie a bâti son succès autour des métiers de la tôlerie, de la chaudronnerie et du thermo-laquage, pour la fabrication de structures métalliques. Il s’est fait connaître principalement dans le secteur du mobilier urbain.

    Le groupe LM Industrie, qui compte près de 50 salariés, se compose de trois sociétés acquises au cours de ces 15 années d’existence : Précitol spécialisé en tôlerie fine de précision, Poudrex dans le traitement et le revêtement de tous types de métaux et Alea dans l’usinage de pièces mécaniques et la finition. « Ce sont des activités distinctes mais complémentaires. Ces trois sociétés travaillent en synergie pour fournir une prestation complète. Nous maîtrisons la chaîne productive de la conception jusqu’à la livraison », explique Ludovic Marzin, dirigeant du groupe LM Industrie.

  • Des process de fabrication toujours plus innovants

    LM Industrie a su évoluer avec des process de fabrication toujours plus innovants, en utilisant notamment des technologies de réalisation comme la découpe laser automatisée de tôles ou de tubes. La robotisation de la production a permis de limiter les coûts et d’être plus compétitif.

    Autre avantage : l’amélioration de la sécurité des salariés. « Exceptées pour les postes de finition, les postes de travail sont robotisés. On limite ainsi la pénibilité et la répétitivité du travail. En contrepartie, cela permet aux salariés de monter en compétence pour effectuer le pilotage de lignes automatiques », précise Ludovic Marzin.

     

  • Le groupe prévoit également de diversifier sa clientèle.

    Grâce au plan de relance gouvernemental, LM Industrie met en place de nouveaux investissements pour améliorer davantage les outils et augmenter la capacité de production. « La moitié de notre clientèle dépend du secteur du mobilier urbain. L’autre moitié est rattaché aux secteurs de la construction, du bâtiment, de l’agroalimentaire ou encore de l’électronique. Cependant, le poids du mobilier urbain dans notre clientèle est encore trop important. C’est pourquoi, nous devons nous diversifier pour être plus compétitif », conclut Ludovic Marzin.