Importer et modifier une conception comportant des pièces en tôle

  • DAO-CAO Article technique

    Importer et modifier une conception comportant des pièces en tôle

Soumis par benoit.cantin le lun 20/04/2020 - 11:53
Contenu
  • Introduction : importation et modification pour produire des pièces en tôle

    Dans le travail des métaux en feuille, c'est à dire dans le domaine de la tôlerie, il y a toujours deux niveaux de conceptions :

    → Tout d'abord le produit fini, c'est à dire la conception émanant du bureau d'étude ou du service recherche et développement.

    → Et dans un deuxième temps, les plans de productions qui sont réalisés par les ingénieurs/techniciens méthodes ou industrialisation à partir des données du bureau d'étude, afin d'être adaptés à la mise en production et aux moyens utilisés.

    Les industriels sous-traitants ou fabricants de produits propres sont confrontés à cette contrainte spécifique au domaine de la tôlerie. D'autant que les concepteurs en bureau d'étude n'ont pas forcément l'expérience, ou même la connaissance des contraintes liés au travail de la tôle. Ainsi, la conception du produit fini n'est pas, en général, optimisée pour les spécificités de ce métier.

    Dans ce contexte, le bureau des méthodes reprend la conception afin de s'assurer qu'une fois à plat les pièces seront repliables. L’objectif est de re-concevoir le produit en sous éléments pouvant être fabriqués le plus économiquement possible.

    Quels sont les aspects à prendre en compte pour importer les données de CAO d'un bureau d'étude et produire les plans 3D et 2D en vue de la mise en production dans l'atelier tôlerie ?

    Dans le cadre de cet article, Metal-Interface a interviewé Emmanuel Vendeville, dirigeant de CATALCAD, société spécialisée depuis 30 ans dans le domaine des logiciels de conception dédiée à la tôlerie.
     

  • L'échange des données

    La première étape est l'échange de données. Les logiciels sont souvent différents entre le bureau d'étude et le bureau des méthodes/industrialisation, même dans une même entreprise.

    A ce titre, plusieurs cas peuvent se présenter :
    → les systèmes ont des fichiers compatibles,

    → un convertisseur spécifique à la CAO permet de récupérer le plan,

    → l'utilisation d'un fichier d'échange est nécessaire, comme par exemple les formats de type .step, .iges, etc.

    La plupart des solutions de CAO proposent des possibilités d'échanges assez évoluées. La question est surtout de connaître la structure de ce qui peut être importé et si des modifications seront possibles.

    Pour en savoir plus, cliquez-ici !
     

  • D'une conception 'bureau d'étude' à des plans de production tôlerie

    Il s'agit de pouvoir adapter la conception du bureau d'étude pour l'implémenter au travail des méthodes, ceci afin de lancer la production en fonction des outils de production qui seront utilisés dans l'atelier tôlerie.
     

    Modification CAO


    La CAO utilisée par le bureau méthode devra disposer de quelques fonctions essentielles pour retravailler les conceptions et permettre une mise en production le plus rapidement possible :

    → le premier aspect est de pouvoir s'occuper de la géométrie en « débraillant » le fonctionnement initial (contrainte entre les pièces par exemple). Emmanuel Vendeville précise, « Ainsi, l'ingénieur méthode s'affranchit de la nécessité de comprendre comment le concepteur a mis les contraintes et gagne beaucoup de temps. Par exemple, l'utilisateur doit être capable de faire ce qu’il souhaite, comme modifier une ouverture. »

    → Une fonctionnalité essentielle est la possibilité de transformer un pli en jonction et une jonction en pli. Et Emmanuel Vendeville donne un exemple : « Un bureau d'étude conçoit le capotage d'une machine de 6 mètres de long. Cette enveloppe sera probablement conçue en une seule pièce qui la rend impossible à produire. Les méthodes devront donc découper le capot en morceaux, qui seront ensuite assemblés. »

    → Le système CAO doit disposer des algorithmes qui vont permette d'indiquer ce qui est ou n’est pas de la tôle. Il faut pouvoir définir les aspects en tôle, interactivement ou automatiquement. Puis avoir des fonctions automatiques pour ajouter, par exemple, différents types de grugeage (carré, circulaire, etc.) dans les angles pour le pliage afin d'éviter que la matière se déchire.
     

    Dépliage d'une pièce en tôle


    Et Emmanuel Vendeville conclut, « l'humain voit pour l'instant mieux que les logiciels la meilleure solution, mais le logiciel de CAO doit lui permettre de la mettre en œuvre avec le minimum de barrières possibles ! »

    Pour en savoir plus, cliquez-ici !

    Un prochain article sur la CAO Tôlerie abordera en particulier la thématique du dépliage.

    Copyright - reproduction interdite sans autorisation écrite de Metal-Interface